Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Des constructeurs portent plainte contre l'administration Trump

Tesla, Ford, Mercedes et Volvo ont déposé plainte contre l'administration Trump au sujet des taxes sur les importations de pièces chinoises.

Des constructeurs portent plainte contre l'administration Trump

Tesla, Ford, Mercedes et Volvo ont lancé séparément des poursuites en justice contre le gouvernement Trump pour demander l'arrêt immédiat de l'imposition de tarifs douaniers supplémentaires sur des pièces et produits importés de Chine.

 

Dans des plaintes distinctes déposées dès la mi-septembre, et consultées mercredi 23 septembre 2020 par l'AFP, devant le Tribunal International du Commerce à New York, Tesla, Ford, Mercedes et Volvo affirment que ces droits de douanes, imposés sur une liste de produits dans le cadre du bras de fer commercial entre Washington et Pékin, sont "illégaux". Ils demandent par conséquent leur "annulation" et souhaitent récupérer toute somme déjà perçue par les services douaniers américains depuis l'entrée en vigueur de nouvelles taxes.

 

"Washington a mené une guerre commerciale sans précédent, démesurée et sans limite affectant des importations de Chine d'une valeur de plus de 500 milliards de dollars", dénonce Mercedes, dans sa plainte datant du 17 septembre. Le constructeur automobile allemand, via sa filiale américaine qui dispose de sites de production en Alabama, affirme que la loi américaine n'autorise pas l'administration Trump à mener une guerre commerciale "illimitée", usant de "tous les moyens" pour parvenir à ses fins.

 

L'offensive des groupes automobiles américains et européens survient quelques jours seulement après que l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) eut jugé illégale une première tranche de droits de douane imposés par les Etats-Unis sur quelque 250 milliards de dollars de biens chinois. La Chine est le premier marché automobile mondial et le principal relais de croissance pour de nombreux constructeurs automobiles, et notamment pour Tesla qui compte surfer sur les objectifs ambitieux du pays en matière de réduction des émissions de CO2.

 

Le constructeur de véhicules électriques haut de gamme, dirigé par Elon Musk, conteste nommément, dans sa plainte de 17 pages déposée le 21 septembre 2020, les mesures imposées par le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer. Il estime que les droits supplémentaires de 25 % imposés par l'administration Trump sur de nombreuses pièces détachées importées par Tesla comme des écrans de terminaux utilisés dans ses voitures, sont "arbitraires, capricieux et un abus de pouvoir". Le groupe, qui s'est acquitté de ces droits à l'importation, réclame d'être "remboursé avec intérêt". Contactés par l'AFP, les services de Robert Lighthizer n'ont pas donné suite.

 

Les taxes douanières punitives imposées par Washington sur les marchandises venant de Chine sont en fait payées par les importateurs aux Etats-Unis, ce qui, selon l'objectif du gouvernement américain, réduit ces importations chinoises et à terme, l'abyssal déficit commercial des Etats-Unis avec la Chine. Ces tarifs punitifs ont marqué le début d'une guerre commerciale entre les deux géants économiques et constitué l'une des marques de fabrique de la présidence Trump, qui a accusé la Chine de pratiques commerciales malhonnêtes, de vol de propriété intellectuelle, et de vouloir utiliser la technologie pour étendre son emprise sur certaines régions du monde ou pour renforcer la répression en Chine notamment contre les musulmans ouïghours.

 

Washington et Pékin ont ensuite conclu un accord commercial, en grande partie au point mort. Des tarifs douaniers supplémentaires de 25 % restent ainsi appliqués sur l'équivalent de 250 milliards de dollars de marchandises chinoises. Avec ces surtaxes, qui ont fait l'objet de représailles du même ordre par la Chine, Washington espère par ailleurs réduire son déficit commercial. En juillet, le déficit commercial américain pour les seuls achats de biens (sans compter les services) avec la Chine était de 28,3 milliards de dollars. (avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
PSA se dote d’une business unit dédiée aux utilitaires légers

En France, une nouvelle direction en charge des VUL voit le jour chez PSA. Dirigée par Fayçal Hemia, elle doit permettre à Peugeot, Citroën et Opel de gagner des parts de marché en mobilisant les réseaux,

Ascom Invest (BymyCar) reprend les VTC Marcel

Selon nos informations, les VTC Marcel sont repris par Ascom, la holding de Jean-Louis Mosca, aussi connu pour être le président de BymyCar. Les tractations entre Renault et l'acquéreur ont été bouclées

Les constructeurs vont-ils échapper aux amendes sur le CO2 ?

L’association T&E estime que les constructeurs sont en passe d’atteindre leurs objectifs CO2 de 2020. Pas question de saluer les efforts consentis : T&E accuse les constructeurs de "petits arrangements"

Le véhicule électrique d'occasion aura son bonus

Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué aux Transports, a annoncé une prime de 1 000 euros pour l'achat d'un véhicule électrique d'occasion et confirmé que le territoire français serait jalonné

Chopard-Lallier bâtit la première Maison Citroën du réseau privé

La concession de Beaune de l’opérateur bisontin entame sa mue pour se transformer en la première Maison Citroën du réseau privé. Au programme : un lieu de convivialité aux derniers standards de la marque,

Le groupe Gemy se réorganise sous la direction de Pierre-Elie Gérard

Pierre-Elie Gérard, petit-fils des fondateurs du groupe Gemy, prend la direction de l’entreprise familiale, sous l’égide de son père, Pascal Gérard, avec qui il en assure la cogestion. L’occasion

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page